Quand il faut s’inquiéter quand un bébé souffre d’une bronchiolite ?

En général, la maladie de bronchiolite sévit entre octobres à mars et principalement au mois de décembre. Elle s’allège souvent durant les vacances de Noël étant donné que les maternelles ferment et les crèches sont moins peuplées. Comme les enfants sont moins en contact entre eux, le virus se propage beaucoup moins. Dans ce contexte, faut-il s’inquiéter quand la bronchiolite s’aggrave ?

Qu’entend-on par bronchiolite ?

Aussi appelée broncho-alvéolite, la bronchiolite désigne une maladie infectieuse due, dans la grande majorité des cas, au virus respiratoire syncytial (VRS). Néanmoins, il arrive parfois qu’elle fasse suite aux virus de la grippe (entérovirus, adénovirus, para-influenza, etc.). Comme son nom l’indique, il s’agit de l’infection des bronchioles c’est-à-dire les plus fines et petites bronches de l’appareil respiratoire ainsi que de leurs alvéoles, qui est en cause. Par la suite, leur paroi est épaissie par l’inflammation et la formation de mucus les bloque.

Des études ont montré que plus de 450 000 bébés de moins de 2 ans sont touchés chaque année. Il s’agit en effet de la cible principale, car le calibre de leurs bronchioles est assez minuscule (comparable au diamètre d’un cheveu). Voilà pourquoi il faut s’inquiéter quand la bronchiolite s’aggrave. Extrêmement contagieuse, elle cause parfois une détresse respiratoire chez l’enfant.

Quand s’inquiéter d’une bronchiolite ?

La bronchiolite compte parmi les maladies qui se soignent à la maison. Toutefois, chaque parent doit rester vigilant et se doit de consulter rapidement le médecin dans le cas où le bébé aurait moins de trois mois, montrerait des signes de fatigue respiratoire et ne voudrait plus boire. À cela s’ajoutent la respiration accélérée et l’augmentation brutale de la fièvre. Enfin, lorsque vous constatez que l’enfant a du mal à respirer et ne peut plus être alimenté convenablement (refus de manger ou vomissement), approchez sans attendre un professionnel de la santé. Après une bronchiolite, vous devez garder le bébé sous surveillance vu qu’une inflammation peut persister au niveau des petites bronches. Une toux provoquée par les rires, l’agitation ou les pleurs doit vous mettre en alerte.

À quel moment faut-il aller directement aux urgences ?

Aller aux urgences est impératif si votre enfant fait partie du groupe à risque c’est-à-dire les moins de trois ans, les immunodéprimés, les anciens prématurés et les bébés souffrant de cardiopathies ou de maladie respiratoire. Le bébé devient fragile et sera sûrement hospitalisé quelques jours pour profiter d’une surveillance respiratoire et cardiaque. Aussi, il faut aller directement aux urgences dans le cas où ses lèvres et leur pourtour deviendraient bleus. Dans ce cas, il faudra s’inquiéter quand la bronchiolite s’aggrave avant toute complication.

Les bébés ont-ils tous des tâches de naissance ?
Comment reconnaitre que mon bébé a du muguet ?